Baby Led Weaning


ostéopathie et bébé / jeudi, octobre 11th, 2018
©marlenedd
©marlenedd

Dans une société ou le taux d’obésité augmente, l’alimentation du nourrisson et jeune enfant est une question délicate.  Soucieux du bien être  de leurs enfants, les parents ont à cœur de leur apporter une alimentation variée, saine et équilibrée.
Néanmoins devant un marché de l’alimentation infantile si diversifié, les parents sont totalement perdus.
La période de diversification alimentaire est la plus délicate.
Nous nous intéresserons dans cet article à la diversification alimentaire auto gérée autrement appelée « Baby Led Weaning »

La diversification alimentaire

L’alimentation du nourrisson doit assurer sa croissance et son développement gustatif.
La problématique de la diversification alimentaire préoccupe chaque parent.
Selon l’OMS, en moyenne 36% des nourrissons de 0 à 6 mois seraient exclusivement nourris au sein.
L’alimentation du nourrisson et du jeune enfant est primordiale pour améliorer la survie de l’enfant et promouvoir sa croissance.
Depuis 2002, l’OMS recommande l’allaitement exclusif pendant les six premiers mois de vie comme un mode d’alimentation idéal du nourrisson.
Le lait maternel est en effet l’apport alimentaire le plus naturel pour lui.
L’allaitement lui permet également d’indiquer à sa mère la fréquence et la quantité de lait dont il a besoin. C’est pourquoi il est primordial de s’adapter au rythme du bébé.
Santé Canda signale, que l’introduction précoce d’aliments solides (avant 3 mois) ou tardive (après 6 mois) pourrait poser plus de risques que d’avantages au développement de l’enfant.
Vers 6 mois, l’enfant commence à avoir des besoins énergétiques et nutritionnels que le lait seul ne peut plus satisfaire. C’est pourquoi le recours à des aliments complémentaires est nécessaire.

La diversification alimentaire classique, commence par un sevrage à l’aide de purées, compotes et mono aliment à chaque prise ; puis l’enfant se voit présenté de la nourriture écrasée puis en morceaux quelques mois plus tard. On commence par de petites portions en complément du lait, on augmente les rations en variant consistance et goût jusqu’à arrêter le lait.

Dans ce type de diversification, c’est le parent qui propose à l’enfant un aliment à la cuillère.

Qu’est ce que le baby led weaning

Une infirmière anglaise, Gill Rapley s’est intéressée à une méthode de diversification alimentaire « le baby led weaning ».  En effet, c’est en devenant mère, qu’elle comprit que le bébé était capable de savoir quand  démarrer sa propre diversification. L’enfant possède la capacité de faire la transition du lait maternel vers la nourriture solide seul. Cette méthode serait selon elle, un prolongement naturel de l’allaitement vers la diversification alimentaire.
Pour Gill Rapley le baby led weaning comporte en réalité deux phases :
•    La phase de préparation au baby led weaning : de la naissance jusqu’à ce que le bébé soit prêt à se nourrir seul. Le bébé est,  durant cette période, dans l’idéal, allaité.
•    Le baby led weaning.
Le baby led weaning  peut cependant être proposé à un enfant nourri au lait maternisé.

En quoi consiste cette méthode ?

Le baby led weaning  est particulièrement apprécié des familles anglaises, et néozélandaises. C est est une forme alternative de diversification qui à l’inverse de la diversification traditionnelle n’inclut pas l’usage d’une cuillère (Gil Rapley, Tracy Murkett 2008).
Les aliments introduits sont solides et saisissables avec les doigts, c’est ce qu’on appelle la « finger food », les purées sont désormais exclues. Les morceaux de nourriture proposée à l’enfant sont mous et de taille adaptée à la main de l’enfant (brocolis cuits à la vapeur, carottes). L’enfant est encouragé à se nourrir seul dès le début de la diversification, il utilise ses doigts et porte seul la nourriture à sa bouche.
Il  découvre donc les saveurs, formes et texture des aliments par lui même.
Chez l’enfant qui a été allaité, ce processus est  familier étant  donné que le lait maternel est parfumé aux saveurs de l’alimentation maternelle.
Ceci rend plus facile la diversification par le baby led weaning, d’autant plus que l’enfant sait également s’auto gérer (Gil Rapley, Tracy Murkett 2008).
Pour l’enfant nourri au lait maternisé, ces saveurs sont, en revanche, totalement inédites.

Quand démarrer le baby led weaning ?

L’allaitement exclusif est recommandé pendant les six premiers mois. Passée cette période les besoins nutritionnels de l’enfant évoluent, ainsi que sa motricité. Il tient assis seul, il contrôle sa tête dans toutes les positions et  sait porter les objets à la bouche. Ce sont les capacités nécessaires au démarrage de la diversification alimentaire auto gérée (Wright CM, Cameron K, Tsiaka M, 2011).
La nourriture est proposée sous forme de bâtonnets. Cela inclus tout type d’aliments du moment que cela tienne dans les mains de l’enfant. La motricité et l’oralité sont donc stimulées.
Il peut ainsi choisir ce qu’il veut manger en fonction de ce qu’on lui propose.
L’enfant peut ainsi participer au repas familial car il n’a pas besoin d’aide pour se nourrir. Selon certaines études, cette méthode permettrait d’éviter les aversions alimentaires, l’enfant goûte à tout (Cameron S.L., Heath A.L.M., Taylor R.W. , 2012). Elle permettrait également en grandissant une alimentation plus saine et équilibrée. Aucune étude n’a permis de le démontrer pour l’instant.

Pour ou contre ?

Bien que divers sondages aient démontrés que de nombreuses familles appliquaient de façon spontanée l’alimentation auto suggérée, il apparaît que certaines réserves persistent (Cameron S, Taylor R, Heath AL, 2015). Le manque de fer, les risques d’étouffement  et les risques de retard de croissance sont évoqués.
Les carences en fer restent problématiques, des directives de listes d’aliments enrichis en fer pourraient aider les parents dans la mise en place de cette méthode.
Pour éviter tout risque d’étouffement, il est conseillé de proposer des aliments faciles à mâcher.
Une étude effectuée en Nouvelle Zélande a comparé le  BLISS« baby led weaning introduction to solid » au BLW classique (Cameron S, Taylor R, Heath AL). Il s’agit d’une alimentation auto gérée par l’enfant avec des directives s préventives visant à réduire les risques sus cités.
Une classification en trois groupes alimentaires visant à compenser les carences et risques est donc proposée.
•    Aliments enrichis en fer : Bœuf, poulet, poisson, lentilles etc..
•    Aliments à fortes teneur énergétiques : banane, avocat, pomme de terre.
•    Aliments à risque élevé d’étouffement : légumes dur (carottes), pommes, fruits sec.
La méthode BLISS a permis l’amélioration du nombre d’étouffement et carences en fer.

Le Baby Led weaning est néamoins particulièrement intéressant car cela participe à un meilleur développement de la parole, ainsi qu’une diminution dans certains cas du besoin de traitement orthodontique plus tard. La coordination et la dextérité sont stimulées et la digestion est améliorée car il est nécessaire pour l’enfant de mâcher plus longtemps.
Quand on sait qu’un enfant allaité stimule plus les muscles mandibulaires qu’un enfant au biberon, il serait intéressant pour un ostéopathe d’observer les différences posturales et tension intra buccales chez enfant diversifié par ses parents contre un enfant diversifié de façon autonome.

Bibliographie

Rapley G., Murkett T. Baby-Led Weaning: Helping Your Baby Love Good Food. Vermilion; London, UK: 2008
Wright CM, Cameron K, Tsiaka M, et al Is baby-led weaning feasible? When do babies first reach out for and eat finger foods? Matern Child Nutr 2011; 7:27–33.
Cameron S.L., Heath A.L.M., Taylor R.W. How feasible is Baby-led Weaning as an approach to infant feeding? A review of the evidence. Nutrients. 2012;4:1575–1609. doi: 10.3390/nu4111575
Cameron S, Taylor R, Heath AL. Development and pilot testing of Baby-Led Introduction to SolidS—a version of baby-led weaning modified to address concerns about iron deficiency, growth faltering and choking. BMC Pediatr 2015;15:99



Google+